“Vous avez raison et maintenant j’ai raison de dire viol”. La part de la réception dans le discours auctorial sur Mémoire de fille - Université de Bourgogne Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Revue Critique de Fixxion Française Contemporaine Année : 2022

“Vous avez raison et maintenant j’ai raison de dire viol”. La part de la réception dans le discours auctorial sur Mémoire de fille

Résumé

At the end of 2020, two readers of Annie Ernaux’s memoir A Girl’s Story (Mémoire de fille), Clémence Allezard and Mathilde Forget, meet with the author for Allezard’s radio documentary “Raped: a story of domination”. They construe as rape an experience for which Ernaux said in 2016 she was still unable to use the word, although she had finally put this girl’s “memory” into words to pass it on. Whereas the word “rape” keeps on being rejected by Ernaux in the media when the book is first published, she decides four years later to use it to describe the scene in a dialogue with her readers in this documentary, while emphasizing #MeToo as a turning point for her. Ernaux and the memoir’s trajectories invite us to consider the part reception plays in taking the power back in front of sexual violence, as well as to take into account the historical and conflictual nature of available interpretive frames surrounding the word “rape”. Literature in front of sexual violence, when considered from the reception perspective, can be seen as an interface for discussing and negotiating sexual norms, for deciding where the “unacceptable” – rape – begins: the documentary underlines the intersubjective process between a reader and an author at the end of which this word can be pronounced. Interpreting the narrative therefore consists not only in producing its literary meaning but also in giving collective meaning to a socially and emotionally complex experience that resists rigid and stereotypical ideas of rape.
Fin 2020, Clémence Allezard et Mathilde Forget, lectrices de Mémoire de fille, rencontrent Annie Ernaux pour le documentaire “Violé·es : une histoire de dominations”. Elles ont lu un viol dans le récit d’une expérience à propos de laquelle Ernaux disait en 2016 “[s]on impossibilité encore aujourd’hui d’utiliser le mot viol”, mais sur laquelle elle avait pourtant enfin choisi d’écrire pour transmettre cette mémoire “de fille”. Alors que la réception médiatique de l’ouvrage au moment de sa parution est l’occasion d’un renouvellement de ce refus à la fois au nom de l’historicité et de la complexité du contexte affectif qui entoure cette expérience et que menacerait le mot “viol”, c’est pour le documentaire, dans l’échange avec ses lectrices et en explicitant la rupture qu’a constitué pour elle le mouvement #MeToo, qu’Ernaux choisit quatre ans plus tard de faire entrer le sens biographique et littéraire de cette expérience dans le mot “viol”. Cette trajectoire conjointe d’Annie Ernaux et de Mémoire de fille invite à penser le rôle de la réception dans les reprises de pouvoir face aux violences sexuelles, ainsi que l’historicité et la conflictualité des différents cadres interprétatifs disponibles associés au mot “viol”. La littérature face aux violences sexuelles constitue en réception une médiation, une interface de discussion et de négociation des normes érotiques et des frontières de “l’inadmissible” du viol : le documentaire met en scène le processus intersubjectif entre lectrice et autrice au terme duquel le mot devient dicible. L’interprétation comme production d’un sens littéraire devient alors aussi un espace d’intelligibilité collective d’une complexité sociale, subjective et affective de l’expérience qui résiste aux représentations stéréotypées et figées de la violence sexuelle.
Fichier principal
Vignette du fichier
2. Grand d'Esnon_Fixxion_Annie_Ernaux.pdf (308.63 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Dates et versions

hal-03695862 , version 1 (15-06-2022)

Identifiants

Citer

Anne Grand d'Esnon. “Vous avez raison et maintenant j’ai raison de dire viol”. La part de la réception dans le discours auctorial sur Mémoire de fille. Revue Critique de Fixxion Française Contemporaine, 2022, Violences sexuelles et reprises de pouvoir, 24, ⟨10.4000/fixxion.2085⟩. ⟨hal-03695862⟩
242 Consultations
48 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More